Florilège de dégustations XXIII

Publié le 7 Mars 2012

Qu'il est loin le dernier florilège !! Retour (éphémère !?) d'une rubrique chère à Jull (et sûrement à d'autres, mais c'est le seul qui s'est roulé dans son urine avinée pour obtenir gain de cause). Donc, pour toi lecteur attentif, mais surtout pour toi, petit quintal de douceur et de raison, voilà enfin le tant attendu florilège XXIII. 

N'ayant pas commis de synthèse sous ce vocable depuis le 15/04/10, vous comprendrez aisément que je fasse l'impasse sur moult quilles bues ces vingt trois derniers mois. Aussi, pour ne pas prendre un retard plus grand, voici une sélection des bouteilles sacrifiées depuis le début de cette année 2012.

Quelques clichés absents, bien évidemment, reste les notes... c'est parti !!

 

Vins-2012-0694.JPG

 

Terre Inconnue - Guilhem 07 - Vin de Table

 

Très joli nez "castel-papal" mêlant notes viandées, rafle, surgreffées d'un boisé démonstratif. Le bois finit par dominer le dessus du verre, c'est déjà too much !! Une attaque amère, une matière immédiatement ronde, confortable, très boisée, très épicée. Les déclinaisons buccales se font sur la cerise et d'autres fruits à noyau. L'alcool domine la fin de bouche. Le lendemain, le nez pinote agréablement, puis vire sudiste à l'aération. La matière est encore plus dense, toujours très épicée, au végétal marqué. J'avais résumé cette bouteille comme l'Inde de mon imaginaire : épicée avec beaucoup trop de monde !! **

 

Pommard - Vaumuriens 05 - J. Chartron

 

Nez d'abord "fermé", à la rafle intense dès l'aération. Après quelques minutes, cela reste malgré tout peu disert. On devine un fin boisé, des notes lactées qui laisseront place à la rafle le soir venu. Une attaque délicate, suave, finement astringente, légèrement épicée. Une acidité marquée, qui donne de la vivacité à l'ensemble. Le cortège décline un fruité trop court, un végétal assez désagréable. Finale sur des notes terreuses concluant un ensemble peu complexe, court, mais relativement gourmand... **/**(*)

 

Vins-2012-0693.JPG

 

L'Infidèle 07 - Mas Cal Demoura - Terrasses du Larzac

 

Nez intense de "boucherie après la fête du mouton", sudiste, profond, très aromatique (merci la syrah !!), auréolé de notes de fumée et de bois. Une mise en bouche douce, ronde, finement boisée, aérienne, qui se fait bousculer par un pulpeux ravageur. C'est droit, net, super gourmand, à l'élevage classieux. Un des mes languedociens favoris ***/***(*)

 

Vins-2012 0695

 

Conversation - Blanc de Blancs Grand Cru - J.L Vergnon

Un nez qui fleure le glucose et la poire cuite. Une bulle dense à l'oeil. Une première gorgée qui suinte un fin dosage, une amertume saillante. C'est court, crémeux, à la jolie expression de calcaire. Le dosage s'accentue, l'expression se fait neutre... Rapport qualité/prix très discutable. **

 

Chamane 10 - Roc des Anges - Vin de Pays des Pyrénées Orientales

 

Une cuvée 100% muscat qui "muscate" justement. Un beau "caillou mouillé après la pluie" couronne ce nez aromatiquement très expressif. Une attaque ronde, avec de la mâche, qui déroule mollement. C'est très trop tendre. Le soir, la matière s'est un peu tendue. De belles épices, des amers stricts. L'ensemble est toujours sec, l'acidité donne enfin le dynamisme attendu, mais cela reste dissocié et gâche largement le plaisir de l'instant. **

 

Vins-2012-0696.JPG

 

Les Rosiers - Jasnières 06 - Domaine de Bellivière

 

Très jolie robe or qui exhale un sucre évident, un botrytis quasi angevin, l'abricot, un champignon prégnant. Bref, un nez de demi-sec, quand ce dernier sera bien plus net et sec le soir. Une attaque lâche, fluette, diluée, aux fins sr. C'est mou, tendre et perlant. Le soir, l'ensemble prendra un peu d'épaisseur, mais restera tendre. Jolies notes de curry en finale. *(*)

 

Vins-2012-0781.JPG

 

Grand Cru Engelberg - Riesling 07 - domaine Pfister

 

Les hydrocarbures ouvrent le bal olfactif. Ils s'éclipsent pour laisser place au silex et à un nez tout simplement vertigineux. Mon appendice se prend pour Mike Brant. Il veut plonger et palper directement la "profondeur" du liquide exhalant richesse et notes orientales subtiles. Je passe près de 10 minutes à m'enivrer, sans me lasser, des magnifiques fragrances délivrées. Une attaque pétrolée, fraîche, distillant finesse, acidité millimétrée et puissance. Étonnant déroulé de bouche qui voit la matière se mouvoir lentement, puis accélérer subitement dès le milieu de bouche, creusant le sillon d'un racé longiligne exemplaire. Finale très fruitée faisant écho à la finesse sans faille, une tension excitante, ponctuées d'une salinité sous-jacente. Le lendemain, la rondeur est plus "typique" d'un 07 alsacien. En attendant, un très beau vin dans un millésime discutable. ***/***(*)

 

Hautes-Côtes de Nuits 08 (blanc) - Manuel Olivier 

 

Joli nez exotique, finement sucré, fruité qui laissera vite la place au boisé. L'attaque est forestière, ample et grasse. Le "développé buccal" est plein, à l'acidité saillante, aux amers marqués. Le lendemain, l'acidité rythme les gorgées. Un vin complet, pas complexe, bien fait. ***

 

Rully 1er Cru - Les Cloux 05 - Jacqueson

 

Un "lacté-boisé" signe les premières effluves. Le pinot se fraye péniblement un passage,  chalant sur son porte-bagage, une rafle fine et des notes métalliques. Un végétal confirmé en attaque, qui s'efface devant une certaine suavité de la matière opulente. Court plaisir haché par un caramel rédhibitoire. **

 

Vins-2012-0783.JPG

 

Côtes du Forez - La Volcanique 10 - Verdier/Logel

 

Tabac blond "Fleur du Pays", acier de chez "ArcelorMittal", fin végetal de chez "Gamm Vert", épices intenses de chez "Gérard Vives" s'affichent en 4 sur 3 au-dessus du verre. Une matière immédiatement gourmande s'offre à ma cavité buccale. De forts accents de beaujolais, version Chignard, habitent ce gamay à la granulosité plaisante, juste un poil trop court pour être complet. **(*)/***


Allez, 10 ça suffit !! On tentera de garder le rythme à la demande générale... ou pas !!

Rédigé par Docadn

Publié dans #Dégustations

Commenter cet article

jull 07/03/2012

Ah voilà qui fait plaisir!
Je retiens 2 domaines dont je n'ai jamais gouté les vins, le Mas Cal Demoura et le Manuel Olivier
On peut avoir une idée du prix de chaque cuvée?
Sinon je ne releve evidemment pas ton introduction...

AlainT 07/03/2012

Ben moi, je suis lecteur attentif, et j'aime bien tes Florilèges ! Je ne sais pas ce qu'en pense la foule, mais perso, je vote pour que tu pondes à nouveau ce genre de copie plus souvent. Par
contre, ne compte pas sur moi pour me rouler dans l'urine de Jull !
Ton commentaire sur l'Engelberg me fait particulièrement plaisir, tu t'en doutes, mais je pense qu'il ira plus loin encore. Ça mon p'tit Jull, pour en goûter, faudra être très gentil avec Tonton
Alain, je n'en ai pas pris assez...Au passage, tout est bon chez Mélanie Pfister, et l'accueil au domaine est excellent. Le nord du Bas-Rhin est vraiment à découvrir, à mon avis...

AlainT 07/03/2012

Désolé, mais le Guide Vert du Limousin ne va pas être d'une précision extrême. Infidèle se vend environ 13,50 € au domaine (j'aime pas trop le "environ", mais à 0,5 € près, c'est ça !), et je pense
que pour Manuel Olivier, on doit également être à environ 12 / 13 € au domaine. En tout cas, j'ai payé mes HCN 09 rouges 13,5 € chez mon caviste, prix remisé de 10%.
Alors comme ça le père Jull retient 2 domaines, et pas le "mien" ? Je note !..

jull 08/03/2012

Ce n'est pas cela mon cher AlainT, c'est juste que ton alsace, on en a deja parlé, je sais tout dessus deja, et je note encore une fois que le haut de son bas-rein est vraiment à decouvrir...

Aaliyah 09/03/2012

L'alcool est une boisson à consommer avec modération !!! attention