Vendredis du Vin # 41: Les bulles de Mariage

Publié le 25 Novembre 2011

"Avec des équations à résoudre pas si faciles que cela : un vin festif, symbolisant une occasion unique (donc un peu d’élégance quand même dans le verre !), une envie de faire plaisir au plus grand nombre, amateurs de vin ou pas, en partageant une émotion autour du verre, et quand même, une contrainte budgétaire raisonnable. Le vin des jours heureux en somme, mâtiné d’une pointe de réalisme."


vdv-logo


C'est Stéphanie (Un met dix vins), qui nous colle le thème de ce mois de novembre. Comme disait le grand Pierrot :"Froid de novembre, cache ton membre".

Aussi Sté (allons pour la familiarité) nous demande de la bulle pour fêter, sans se ruiner, des jours heureux.


Alors déjà, c'est quoi des jours heureux ? Hormis la série des 60's avec le rouquin 1er de la classe et le rocker à la banane en plastique, on n'a pas tous les mêmes jours heureux.

Par exemple, le jour de ma circoncision, moment de joie intense pour le bourreau débutant en charge de l'exécution de la sentence (qui m'a fort heureusement très bien tranché le raccord de 22). Très grand jour aussi pour mes parents, de part la haute symbolique de cet acte. Puis enfin, grand soulagement pour les animaux du zoo voisin, menacés de famine, qui se sont repus de mon prépuce pendant 1 mois.

Mais moi dans tout ça ? Ne plus avoir de cache-nez m'expose à des intempéries que tous les cadeaux post-guillotine n'ont pu combler...


Il est des traditions tenaces comme celle de boire des bulles pour les mariages, naissances, réussite aux examens, départ d'une belle-mère, un Jull qui fait du sport, un Alain qui passe du Bristol à L'Ipad...

Le mariage, principalement l'apéro, reste le moment consacré au débouchage spectaculaire du breuvage pétillant tant couru. Aussi, pour ne pas grever les émoluments à venir des avocats en charge de la séparation à l'amiable du couple tout juste uni, Escapades vous propose 3 boissons qui, en ces temps de crise, s'adapteront à merveille au budget serré que la conjoncture nous oblige à tenir, mariage heureux ou pas.


Restos-2011-0608.JPG


Cava - Brut Zéro - Castellblanch - Brut nature (5,25 €)

 

Devant cette cascade de "brut", de "nature", et de "zéro", on peut facilement penser à un vin naturiste élaboré par des déesses nues, épilées, parfumées au lait d'ânesse.

Il n'en est rien pour ce Cava présentant une robe aux reflets verts, à la grosse bulle qu'un fin cordon finira par dompter. Une touche de boisé, citron, fin végétal, quelques touches anisées, une tranche de pomme verte. Au-delà de cette corbeille, un pétrole intense, plus grand que l'affiche du dernier J.J Annaud.

L'attaque est böttcherienne, comme un riesling dans un spa, aux amers aériens, à l'acidité relevée. Pas très complexe, mais assez rigolo pour le réserver aux cuviers sur pattes qui squattent en permanence le buffet sans regarder ce qu'ils boivent. **/**(*)

 

Restos-2011-0609.JPG


Cava - Gran Reserva - Vina Silvia - Brut Nature - Cuvée (4,98 €)

 

Toujours marrant de retrouver cette phraséologie "nature" pour bien tromper le touriste tricolore de passage.

Je traduis, ou pense comprendre, qu'il n'y a pas de "sucre ajouté". Mais ma méconnaissance de la legislation espagnole ne peut guère me laisser avancer plus d'éléments dans ce domaine.

Une cuvée composée de 20% de Xarel-Lo, 40 % de Macabeo, autant de Paradella. Le tout ayant séjourné 3 ans en fûts.

Le breuvage propose une matière bouillonnante, de fines notes d'agrumes. Il s'assagit pour présenter un profil là encore plus sage, avec de fines bulles.

Finesse que l'on retrouve en bouche, accompagnée d'un fin sucre. Ce dernier laisse rapidement la place à un joli acidulé, un amer un peu brut qui s'estompera lui aussi au fil des gorgées.

Un ensemble vif, qui vous donnera toute l'énergie nécessaire pour pogotter sur "Les lacs du Connemara" à 05h35, avec les cuviers sur pattes contraints de quitter le buffet pour cause de rupture de stock.

**(*)

 

Restos-2011-0610.JPG


Cava - Lavit Brut nature - 2003 - Ségura Viudas (7,48 €)

 

Un Cava millésimé composé de Macabeu, Paradella, élevé en fûts pendant 18 à 30 mois.

Un nez extrêmement toasté, pas désagréable, qui donne au challenger du jour un petit air bourguignon (donc de chardonnay). Une bulle un peu grossière, une attaque "chardonnesque", acidulée, relativement ronde, fraîche, à l'équilibre immédiat. La rondeur s'estompe, l'ensemble prend des airs dynamiques intéressants. Un fin crémeux donne de l'ampleur à un vin vraiment pas mal. A réserver, en primeur, aux fans du vin et de votre union, pas à ceux qui ont décidé de "se la mettre". ***

 

Tous ces vins sont disponibles à moins d'01h30 de Toulouse dans la petite localité de Les, célèbre point de ravitaillement des amateurs de Ricard et de cigarettes à prix cassés. Les bulles sont hébergées au Supermercado Rocard qui cultive un art tout particulier du rayonnage.

Les tarifs sont en phase avec la rigueur martelée, le plaisir plus élevé qu'attendu.

Alors santé, bonheur contact et chaleur...

Rédigé par Docadn

Publié dans #Dégustations

Commenter cet article

tiuscha 26/11/2011

Ravie de voir de la cava au VdV. deux flacons qu'on a envie de découvrir de plsu près ! On en trouve ailleurs qu'en el pais ?

JCfromLivr-esse.com 01/12/2011

Tiens, voilà ce kil faut que je goûte, du Cava !
Faut dire qu'y'a encore d'la bulle là-d'dans ?